Anne Guillon

La peinture, c’est ce langage que j’invente au fil des jours ; écriture personnelle, intime, libre de parler de ce qui m’entoure, des sentiments ressentis, de la fragilité de l’être et des choses, l’interrogation sur leur devenir. Mon « imaginaire-vécu » est venu progressivement à la rencontre de la vie ordinaire.

Je vais trouver le langage de la matière dans la liberté du geste et des procédés, dans la mixité et multiplicité des techniques (encres, acryliques, pastels, collages, huile…) et dans la recherche et création d’empreintes et d’impressions uniques .J’aime me laisser aller à ce qui vient, comme une intuition, alors s’ouvre le dialogue des formes et des couleurs, la construction se fait naturellement…ce qui s’apprête à être sous le regard.

Autodidacte, j’avance sans règle, peut-être un peu éloignée des procédés habituels avec le souci d’une recherche continuelle et personnelle, la nécessité de créer un univers propre.

 

Mes « motifs émotifs » parlent et racontent l’humain, au féminin, porté par l’idée de la famille, du vagabondage, de l’errance, du temps qui passe, de l’attente et du silence, d’un territoire et de racines… de la poésie de la vie, dualité entre le senti et le vécu, le rêve et le réel, le visible et l’invisible